Alors que le Liban entre dans le 75e jour de manifestations, une réunion entre le président de la république, le Général Michel Aoun , et le premier ministre désigné depuis le 19 décembre, Hassan Diab, est prévue ce lundi pour discuter des résultats des négociations qu’il a entrepris avec le Hezbollah, le mouvement Amal et leurs alliés.

Pour l’heure, les discussions porteraient sur le nom d’anciens ministres qui pourraient être reconduits dans le prochain gouvernement. Cependant, il ne serait pas question d’annoncer la formation du prochain cabinet avant les fêtes.

Le Premier Ministre désigné se heurterait à plusieurs écueils dans la formation d’un gouvernement qu’il souhaiterait être ouvert, dont la nomination de représentants de la communauté sunnite au sein de la prochaine équipe en raison de l’opposition de la plus haute instance religieuse sunnite de Dar el Fatwa alors que d’autres partis dont le Courant du Futur (CDF), des Forces Libanaises et le Parti Socialiste Démocratique ont annoncé leur boycott.

Chose à remarquer, lors d’une conversation téléphonique entre le Premier Ministre désigné Hassan Diab et le dirigeant des Forces Libanaises Samir Geagea pour lui souhaiter un Joyeux Noël, ce dernier aurait fait part d’un possible soutien si la prochaine équipe serait composée de spécialistes indépendants.

Selon les informations actuelles, la prochaine équipe serait composée de 18 membres de spécialistes, indique la presse libanaise, qui appartiendraient au Courant Patriotique Libre, au mouvement Amal et au Hezbollah. Cette information ne serait pas de nature à satisfaire les manifestants qui continuent leur mouvement ni la communauté internationale qui semble désormais avoir conditionné toute aide économique à la formation d’un gouvernement crédible, effectif et qui pourrait mener les réformes nécessaires au redressement de son économie.

Par ailleurs, une centaine de personnes s’est rassemblée devant le domicile du premier ministre désigné Hassan Diab dans le quartier de Talet el Khayat ce dimanche pour l’appeler à démissionner.
Une manifestation identique a eu lieu devant le domicile du ministre sortant des Télécoms, Mohammed Choucair, dont la décision d’imposer une taxe sur les appels WhatsApp, avait été à l’origine des manifestations. Ils entendent dénoncer désormais la reconduction automatique des mandats de gérance des 2 réseaux de télécommunication mobile Alfa et Mtc Touch, accusant les personnes impliquées de corruption.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.